Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bonheur simple selon "The Happy": "S'amuser sur scène!"

Publié le 15 Avril 2013 in Interview

Nous avions assisté la semaine passée à la présentation du fort sympathique premier album du groupe belge The Happy. "Guilty Pleasure" porte merveilleusement bien son nom puisqu'on y retrouve une flopée de mélodies "retro pop" jouées avec tant de fraîcheur qu'on y accroche sans trop de mal.

Après le "live" (voir http://pickupmusic.overblog.com/the-happy.-un-dr%C3%B4le-de-nom-pour-quatre-dr%C3%B4les-de-dames.-et-leur-charlie ) , voici la rencontre avec (3/5e, puisque Isolde Lasoen et Janne Vanneste étaient absentes) ce nouveau-venu sur la scène noire-jaune-rouge, quelques jours après avoir donné leur premier concert à l'étranger. Une interview placée sous le signe de la décontraction et qui, à l'image des membres, pétille dans tous les sens.

Vous avez joué le 5 avril dernier au Koko à Londres (ndla: ce club situé dans le quartier de Camden accueille les vendredis des soirées "découvertes" organisées par le célèbre magazine NME). Alors, c'était comment?

(En choeur): Du bon!

Charlotte Caluwaerts: Le meilleur des quatre concerts jusqu'à présent! Dans la plus grande salle aussi, une sorte d'ancien théâtre aux murs rouges... Très joli. Et avec un public... très anglais!

Reinhard Vanbergen: Des gars bien bourrés!

Naima Joris: On essayait de rester concentrés malgré le bruit qu'ils faisaient! Nous avons changé de position par rapport aux précédents shows et ça a bien marché. Je m'entendais nettement mieux par exemple.

Charlotte: La guitare de Reinhard jouait toujours aussi fort par contre!

Reinhard: Elle était parfaite...

Charlotte: Parfaitement fort, ça oui! (rires) .

L'album est sorti et vous avez déjà joué quelques fois en live. Vos premières impressions maintenant que votre travail se révèle au grand jour?

Charlotte: Ca se passe encore mieux qu'on ne l'espérait. La réaction du public est positive et nous passons du bon temps. Nous formons une belle combinaison où tout le monde trouve sa place et où tout le monde se met "au service" des autres.

Reinhard: On ressent une vraie "Team Spirit", c'est agréable. Pendant la dernière tournée de Das Pop en 2011, je savais qu'on ferait une pause et que j'aurais du temps pour écrire. J'avais déjà composé trois ou quatre chansons mais le reste de l'album a été écrit avec les filles.

Naima: The Happy, c'est une démocratie!

UNE ODE AU WALKMAN

Lorsque les membres d'un groupe en stand-by partent dans leur propre direction, comme vous et le chanteur Bent Van Looy, parlez-vous de vos projets solo? Conseils, avis, remarques?

Reinhard: Vous savez, ça fait presque quinze ans qu'on se côtoie avec Das Pop, qui n'a rien à voir avec ce que je fais ici. Donc non, on ne discute pas sérieusement de nos projets respectifs... Juste un peu. Et puis, moi, je ne suis pas vraiment un Bekende Vlaming comme Bent, là aussi nous sommes différents.

Ah, mais peut-êtreà l'un d'entre-vous participera aussi à la prochaine saison du "Slimste Mens ter Wereld" (ndla: émission de culture générale en Flandre dans laquelle Bent Van Looy avait terminé à une belle troisième place en 2010)?

Naima: Je verrais bien Charlotte participer alors!

Charlotte: Non... Je ne connais pas bien ce jeu en fait! Je n'ai même pas de télévision... Reinhard: Moi je suis trop stupide pour ce genre de choses. Je serais le genre de gars qui dirait "Ah oui je sais mais.... eeeuuhhhh... Oh fuck!" Je serais l'"anti-Slimste Mens"!" (rires)

Charlotte: Ca donnerait super bien à la télé!

En parlant de matériel... Votre premier single radiophonique parle d'un objet devenu mythique: pourquoi cet hommage?

Naima: Comme dans la chanson, on se pose tous un jour la question "Mais où est donc passé mon walkman?" Moi je l'ai retrouvé récemment d'ailleurs, mais tout pété!

Reinhard: Je voulais surtout rappeler ces compilations qu'on réalisait nous-même. Faire "Record" puis directement"Pause", retirer le petit picot en plastique sur le côté pour ne plus enregistrer sur la cassette,..

Naima: Et mettre du papier collant dessus pour pouvoir quand même la réutiliser!

Reinhard: Toutes ces opérations avaient du charme et donnaient un aspect plus personnel à la musique qu'on écoutait.

Charlotte: Et dire que Janne chante ce morceau... et qu'elle n'a presque pas connu cette époque!

THE HAPPY VS. THE HIPPIE

Vous recevez également des échos fort positifs de la partie francophone du pays...

Reinhard: Oui, ça commence un peu. Nous allons d'ailleurs enregistrer cet après-midi (lisez mercredi dernier) une session acoustique pour Nostalgie et Pure FM. Mais il y a toujours une énorme barrière qui rend les choses difficiles (Naima bouge les yeux de manière craintive en s'agrippant à une barrière imaginaire, provoquant à nouveau quelques rires). Dour est un chouette festival, ce serait cool d'y jouer.

Charlotte: Il y a Les Ardentes aussi qui ont l'air sympa. Naima: J'imagine qu'on pourrait essayer de chanter dans toutes les langues du monde. Reinhard: Un peu en arabe aussi alors, ça renforcerait ton côté hippie!

Charlotte: Oh oui, je pourrais danser pour toi! Naima: Ou alors dans une langue imaginaire...

Reinhard: Ah oui, comme ce groupe belge qui avait failli gagner l'Eurovision... Euh...

Urban Trad?

Reinhard: Oui, voilà, c'est celui-là! Mais ça c'est bon pour The Hippie, le nouveau groupe de Naima apparemment, pas pour The Happy!

Naima: Oui, je me verrais bien sur scène, assise sur un cheval, avec un chien dans mes bras... (rires)

Pour en revenir au futur proche, que peut-on vous souhaiter? Un festival ou une salle en particulier?

Charlotte: On voudrait jouer le plus possible! C'est vrai, la saison des festivals va s'ouvrir. Mais on va juste voir où le destin va nous mener. C'est bien d'avoir des gens plus expérimentés autour de soi pour se laisser un peu guider. Mais j'avoue que le soleil... (sourire).

Naima: La France, la Sardaigne,..

Reinhard: Il y a un excellent festival en Corse, le Calvi on the Rocks. Un peu hip comme ça.

Naima: J'avais eu l'occasion de suivre Selah Sue lors de son passage sur la grande scène du Pukkelpop. Ca doit être bizarre de voir une telle marée humaine devant toi. Mais tu connais ça Reinhard...

Reinhard: C'est cool de jouer devant une telle foule, mais bon... C'est tôt dans la journée, tu dis bonjour, tu joues en étant crevé et voilà.

Naima: Moi je ne me vois pas faire ça. On n'a vraiment pas besoin de la grandeur, du luxe et de la célébrité pour être heureux. Juste trouver un joli endroit pour notre musique, comme au Koko... Même avec les Anglais bourrés! (rires)

Reinhard: De toutes façons, ce n'est presque plus possible de s'enrichir actuellement avec la musique.

Charlotte: On ne pense pas à ça: pour le moment, nous voulons juste nous amuser sur scène!

Commenter cet article