Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BSF: Aline + Cali (15.08.13)

Publié le 18 Août 2013 in Concerts

Cette soirée de festival s'annonçait sous les meilleurs auspices: un petit passage au stand "Spotify" (dix chansons a reconnaître le plus rapidement possible) nous permettait de faire péter le score réalisé à Ronquières et de repartir cette fois avec un magnifique palmier gonflable et un bandeau noir. De se rendre le coeur léger et le sac rempli vers le concert d'Aline au Mont des Arts.

Le groupe marseillais (qui a commencé sa carrière sous le drôle de nom de Young Michelin) a sorti début 2013 son premier album intitulé "Regarde le ciel", avec d'évidentes influences 80's en tête. Et là sur scène, c est carrément "The Cure + Indochine = Aline". Ce qui ne veut toutefois pas dire que le concert était mauvais ou quoi, mais le côté répétitif s'est fait sentir. De (très) chouettes moments tout de même, avec la reprise d'un vrai titre des 80's ("Tout ce que je veux" des Désaxés), le petit laïus avant "Elle et moi" ("Faites l amour partout et avec n'importe qui ou quoi, dans les arbres, dans les écoles, avec un chien..."), la flûte sur "Teen Whistle" et quand une dizaine de spectateurs montent sur scène pour gesticuler autour du groupe, leur glisser un mot à l'oreille ou repartir les baguettes du batteur.

Avec comme point d'orgue ce délicieux "Je bois et puis je danse" mélodie en forme de bonbon qui fond dans la bouche, sortie tout droit de cette décennie qui continue, malgré certains dossiers très lourds, de fasciner autant...

Un qui fascine pas mal son monde non plus, c'est Bruno Caliciuri, plus connu sous les quatre premières lettres de son nom de famille. Le gars toujours extatique qui se jette dans le public et ravit ses fans par ses chansons sur les relations et la vie. Il est arrivé sur scène guitare à la main et harmonica dans la bouche, pour une version crescendo de "L'Amour fou". Gueule grande ouvert et yeux exhorbités, mais on attend de voir.

Directement après, "Elle m'a dit", qui l'avait révélé au grand public en 2003. Deux photographes montent sur scène, il les montre du doigt tout en continuant à jouer, la sécu leur demande de descendre. Ok. Nonante secondes plus tard, une petite dizaine de photographes se retrouvent finalement juste derrière Cali pour le mitrailler: en animal face à eux, les bras ouverts avec le public en arrière-plan, en train de se rouler par terre et de triturer sa guitare. Wow... Comme un top-model. Tout réglé comme du papier à musique. Rien de spontané, de frais... C'était pas justement une de ses qualités?

Bref... On a tenu deux autres chansons avant de s'en aller rejoindre le bar derrière la scène où nous avons (gentiment) passé le reste de son set. Le public s'est beaucoup amusé, tant mieux pour lui, sincèrement. Cali s'est fait porter jusqu'aux escaliers du Mont des Arts où il a adopté une pose surfeur devant cette marée humaine prête à l'inonder de son "Amour", thème récurrent et devenu barbant par la même occasion. Nous, c'était plutôt l'alcool notre guide. C'était pas si mal Cali finalement..

Commenter cet article