Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rhye - Witloof Bar (06.03.13)

Publié le 7 Mars 2013 in Concerts

Rhye au Witloof Bar, c'était directement "sold out" le jour de la vente il y a un petit mois. Et impossible, le cas échéant, de reprogrammer le concert dans une autre salle du Botanique: elles étaient toutes occupées. De passage mercredi à la réception pour acheter des tickets pour les Nuits (Miss Kittin si vous voulez savoir), on demande quand même s'il ne reste pas "un ticket pour ce soir, perdu dans une armoire ou sous un pied de chaise"... Un coup de fil plus tard, et nous voilà en possession du tout dernier sésame disponible!

Un coup de chance qui augure évidemment d'une bonne soirée. Et elle le fut! Après l'excellent set du routinier Lefto, on rallume les lumières de la salle et on se rend compte que toutes les chaises sont occupées. A peine le temps d'allumer la douzaine de lampes-bougies sur scène (les seules lumières du concert avec un ou deux spots discrets), et cinq musiciens arrivent sur scène.

On ne sait pas très bien qui est qui, tant Rhye a joué la carte de la discrétion, voire du mystère ces derniers mois. Deux chansons apparues sur internet et très peu d'infos sur les membres du groupe. Et contrairement à ce qu'on avait pensé lors des premières écoutes du single "The Fall" (sorte de "Ritournelle" de Sébastien Tellier en anglais) sur les antennes de Studio Brussel, c'est bel et bien un homme, Michael Milosh, qui prend place derrière le micro, la seule fille du groupe prenant à son compte le violoncelle et la trompette.

Ambiance feutrée, public enthousiaste dès le premier morceau et musiciens appliqués: tous les ingrédients d'un bon concert sont présents. Milosh dit bonjour en néerlandais, en français, puis enchaîne avec ses petites merveilles de pop et de soul aux accents funky. On se surprend à entendre du Sade, du Marvin Gaye, ou un beat tout droit sorti de "Just the two of us" de Bill Withers et Grover Washington Jr. Le tout enveloppé par cette voix de fausset ciselée, parfaitement accompagnée sur certains a cappella. C'est le cas sur la fin de "The Fall", qui a soulevé un tonnerre d'applaudissements.

D'autres titres terminent plutôt en crescendo: on a alors l'impression de voir les musiciens se taper un petit boeuf entre eux, relax. Le chanteur n'est pas des plus expansifs mais semble à son aise lors de ses quelques interventions: "Normalement "Open" dure moins longtemps, mais on doit laisser notre violoniste exercer son art!" ou quand il improvise "Steve is a fucking good keyboardist" durant un outro au clavier. Pendant ce temps, on se délecte de ces invitations sensuelles à la douceur rassemblées en un premier album, intitulé "Woman", sorti il y a quelques jours.

Conquis, le public a gratifié cette prestation d'une standing ovation mille fois méritée: Rhye lui a fait passer cinquante minutes de rêve musical.

Commenter cet article